Eunide Innocent, Ministre à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes, Discours d’investiture.

Monsieur le Ministre des Affaires Sociales, son Excellence Monsieur Roosevelt BELLEVUE ;

Madame la secrétaire d’Etat à l’alphabétisation

Mesdames les anciennes Ministres à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes ;

Mesdames, Messieurs représentants, représentantes du Gouvernement ;

Honorables parlementaires ;

Madame la Directrice Générale, Madame Elyse Brisson GELIN ;

Mesdames Messieurs les cadres et employés-es du MCFDF ;

Mesdames les membres des organisations féministes et féminines ;

Mesdames Messieurs les représentants et représentantes des organisations nationales et internationales.

Mesdames, Messieurs représentants, représentantes de la Presse ;

Mesdames Messieurs,

 

        lolo2 C’est un grand honneur pour moi d’être investie en tant que Ministre à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes. Mon parcours de militante pour la participation des femmes dans les espaces de pouvoir, m’a emmenée aujourd’hui à occuper cette fonction. Au-delà de l’honneur, il y a la responsabilité qui m’incombe d’être à l’écoute et d’agir au nom de toutes mes sœurs de combat.

 J’en profite à ce niveau pour remercier vivement son Excellence le Président, Monsieur Jovenel Moïse et son Excellence le Premier Ministre, Monsieur Jack Guy Lafontant pour la confiance placée en moi pour tenir les rênes du MCFDF. Un remerciement spécial va également à l’endroit de tous ceux et toutes celles qui ont contribué à mon choix.

Je veux citer spécialement mes amies, mes sœurs, mes compagnons de lutte de l’OPL, INITE, LAPEH, VERITE, ADEBAH.

Suivre les traces de nos pionnières est un défi que je ne saurais relever seule. Je compte sur elles pour qu’elles soient les sages conseillères de ce ministère. Avec elles, je suis certaine que nous saurons établir une stratégie qui permettra d’apporter les réponses qu’il faut à notre société, à nos femmes.

 A tendance plus égalitaire que féministe, Je souhaite pouvoir adresser efficacement la problématique de l’égalité homme/ femme dans les structures de L’État. Il s’agit là de poursuivre avec les engagements pris par mes prédécesseursein, notamment la politique de quota et la politique d’équité. Cette démarche sous-entend que les femmes devront être formées, accompagnées pour être à même d’occuper les postes qu’elles désirent.

 Par ces actions, le ministère ne sera que plus fort et plus solidaire avec les femmes, les organisations féministes, les organisations féminines. Qu’elles puissent se réapproprier ce lieu qui est leur. J’en profite pour saluer le départ de la Ministre Marie Denise CLAUDE avec qui j’ai eu des moments de collaboration.

 Aujourd’hui les femmes, les filles souffrent d’une déficience d’accompagnement, de justice, elles attendent beaucoup de nous, de ce gouvernement. Je tâcherai de ne pas les décevoir. Le Ministère à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes veillera à ce que les actions visant l’amélioration des conditions de vie des femmes et de filles haïtiennes, la promotion et défense des Droits des Femmes et des filles soient concrétisées, qu’elles ne soient pas que des slogans, des discours pour nos interlocuteurs et interlocutrices.

En partenariat avec les différents Ministères et entités étatiques, les institutions privées, les organisations locales et internationales, ce changement sera initié et réalisé.  

Nos interventions se traduiront par des actions préventives portant sur l’alimentation, l’économie, la santé, l’éducation et la violence. Ces actions préventives seront accompagnées de moyens humains, financiers et matériels. Elles se feront de concert avec les mairies, les organisations de femmes et toutes les autres structures intéressées à un niveau ou un autre par l’impact de l’action.

 La sensibilisation, la formation des populations en générale, des élus, des fonctionnaires de l’état et des femmes en particulier sur le droit des femmes, la violence faite aux femmes et aux filles, sont les éléments moteurs du changement de comportement et d’attitude tant recherché.

 Le MCFDF se porte donc garant du suivi qui sera accordé aux dossiers qui vont de pair avec sa politique d’égalité et mettra les moyens pour l’application de cette politique.

 Les femmes haïtiennes sont impliquées à tous les niveaux de la vie nationale, elles sont celles, par qui tous les changements peuvent arriver. En conséquence, tous les travaux qu’elles font, toutes les batailles qu’elles ont menées et qu’elles mènent encore doivent être reconnues et saluées à leur juste valeur par la société. C’est la raison pour laquelle, le MCFDF compte sur le Gouvernement, la coopération internationale pour l‘accompagner dans son mandat vers la construction d’une société responsable où les femmes retrouvent leur dignité.

 Fanm peyi d’ Ayiti, nou nan yon kafou kote kondisyon sosyo-ekonomik yo deteryore, men nou pa dwe dekouraje. Nou deja pwouve sa nou vo. Nou pwouve sa nou vo nan fè edikasyon pitit nou pou kont nou. Nou montre sa nou vo nan pote ekonomi peyi a sou do n. Poutèt responsablite sa a mwen pran jodi a, mwen pral travay avèk nou, e se ansanm, nou pral pwouve : Ministè Kondisyon Fanm ak Dwa Fanm kapab patisipe seryezman nan transfòme sosyete a, pou yon lòt kalite lavi, yon lòt kalite rapò fanm ak gason.

Je sais, qu’au Ministère à la Condition Féminine, il existe de rudes travailleurs, de rudes travailleuses. Ensemble, serrons-nous les coudes pour des actions concrètes vers des résultats durables, utiles et appropriés.

 Les conditions de travail sont certes difficiles, mais, avec la présence de la directrice générale, des directrices de section détentrices de la mémoire de l’institution et les coordonnatrices départementales, la continuité est assurée, les résultats sont garantis.

Chères Collègues, avec vous à mes côtés et ayant la politique et le plan d’égalité femme-homme comme boussole, faisons de la solidarité l’élément essentiel à la réussite.

Tout comme nos héroïnes je crierai : En avant ! En avant ! Non à l’assoupissement ; non au piétinement ! Mettons-nous ensemble pour créer les conditions nécessaires à l’édification d’une meilleure qualité de vie pour les femmes et les filles d’Haïti.

Avec les Femmes, je peux dire en toute quiétude,

« L’Haïti prospère est encore possible ».

 

Merci à toutes et à tous

 

 

Le 22 Mars 2017

Mme Eunide Innocent,

Ministre à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes

Related posts

Leave a Reply